Poste aux chevaux

Les histoire varient sur le passé de la demeure. Ce fût, pour sûr, une auberge mais certains disent aussi qu’elle fut une poste au chevaux…

Jusqu’à la fin du XVième siècle, pour porter ses dépêches, le roi de France fait appel à des familiers, des hommes de confiance. Ces hommes, qu’on appelle chevaucheurs et qui dépendent du grand écuyer, emportent, au galop de leur cheval, les plis du souverain à leur destinataire. Les délais de transmission sont longs car le même cavalier accomplit tout le parcours.

CartedesroutesdePoste1

Louis XI, désirant faire parvenir ses lettres au plus vite à destination, fait établir, sur des itinéraires précis, des relais également espacés, tenus chacun par un *chevaucheur de l’Ecurie du Roy ». On dira que ces routes ont été « mises en poste ». Le chevaucheur doit impérativement posséder, dans l’écurie de son relais, un ou plusieurs chevaux de réserve. Son rôle est de contribuer à faire parvenir à destination le courrier du roi.

Deux éventualités peuvent se présenter :
– soit il reçoit lui-même la missive royale apportée au galop par le chevaucheur du relais précédent; il enfourche alors aussitôt un cheval frais de son écurie et porte en personne le pli du roi jusqu’au relais suivant en maintenant sa monture au galop;
– ou bien c’est un courrier qui se charge du paquet d’un bout à l’autre de la route à parcourir; dans ce cas, chaque chevaucheur lui fournit un cheval frais capable d’aller au galop jusqu’au relais suivant.

A l’origine, les relais sont espacés d’environ 7 lieues (28 Km.). Celà correspond sensiblement à la distance qu’un cavalier peut parcourir au galop dans les meilleurs délais sur les routes de l’époque. (1) Par la suite, cet espacement sera réduit à 3 ou 4 lieues (12 à 16 Km.).

Henri IV créa la poste aux chevaux proprement dite destinée à procurer à tous des chevaux de trait pour la selle et pour le trot. Mais, en fait, ce service, au fil des années, assura surtout, sauf de rares exceptions, le service de la poste aux lettres jusqu’au règne de Louis XVI.

historique cheval.jp_TURGOT, désirant donner au commerce et au peuple une certaine liberté de communication, essaya de réunir la poste aux chevaux et les messageries et d’organiser le service des diligences ( voir le musee de l’adresse). Le 12 août 1775, une ordonnance royale régla les détails du fonctionnement du nouveau service. Elle créait des voitures à 8 places et enjoignait aux maîtres de poste de fournir les chevaux pour traîner les diligences. A la veille de la Révolution, la poste aux chevaux comptait environ 3.000 relais.

les gages des maîtres de poste créés par un édit de 1713 et leurs indemnités furent supprimés par un décret du 19 juin 1790. Les maîtres de poste, du moins pour la plus grande partie, abandonnèrent alors leurs relais.
Les relais de poste situés sur les itinéraires correspondants périclitent ou même disparaissent avec l’arrivée du chemins de fer.

Pour en savoir plus

Redimensionnement_de_poste-c81b951S7AYRP9SL._SL500_AA300_

Ce contenu a été publié dans Restauration de la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *